Image
L'impact que les événements que nous vivons ont sur nous, est le résultat de la façon dont nous les percevons. Si nous désirons arrêter de survivre pour commencer à vivre, arrêter de suffoquer pour enfin respirer, ou ne plus s'épuiser à paraître pour enfin être, nous devons ajuster notre perspective, c'est-à-dire l'angle sous lequel nous observons notre vie.
"Choisis la vie !" est un recueil de réflexions, de conseils, et de psaumes qui vous encourageront à garder espoir en toute circonstance tout en restant productif.

Je te propose d'en lire un extrait

Mais qu’est-ce que je fous là ?

 

Je ne crois pas être la seule personne à se poser cette question ô combien

existentielle ! Les êtres humains recherchent, depuis toujours, des réponses qui

expliqueraient leur présence sur la terre. Normal ! Car savoir pourquoi je vis

explique ma vie en lui donnant un sens. Si ma vie à un sens, cela m’évite de

tourner en rond car j’avance en suivant une trajectoire. Et nous aimons tous ça !

Oui nous aimons sentir que nous avons de l’importance, que nous ne faisons pas

rien et que notre vie compte. Ce qui n’est pas mauvais en soi.

Nous ne sommes pas des robots. Et même les robots ont leur utilité. Nous avons

plus de courage et de joie pour nous lever chaque matin lorsque nous savons

que nous le faisons pour un but, un objectif, ou une cause qui nous dépasse.

Imaginons ceci. Je vis :

 

● Tout simplement pour jouir de la vie : je ne me prends pas la tête, je

prends la vie comme elle vient, je profite de chaque journée à fond pour

n’en laisser aucune miette au lendemain… Pourquoi pas ! C’est une façon

de voir les choses. Mais que se passe-t-il lorsque j’arrive au bout de ce

que mon corps et mon âme sont capables d’ingérer ? De toute façon, si je

souhaite en absorber davantage, je suis quand même obligé de m’arrêter

pour digérer ce qui est déjà en moi.

 

● Pour travailler et combler tous mes désirs : je me tue à la tâche, si je

n’ai pas la chance de vivre de ma passion. Je gagne bien ma vie et je

peux m’offrir tout ce que je veux sans me soucier du lendemain…

Pourquoi pas ! Mais que ferai-je de tout ce que j’aurais amassé sur terre

après ma mort ? Je peux m’acheter tout ce que je veux, mes besoins en

sont-ils pour autant définitivement comblés ? Non. J’ai encore et toujours

besoin d’autres choses, de nouvelles choses, qui finissent par s’amasser,

mes besoins étant assujettis à ce qui semble important à mes yeux. Et

après ?

 

● Pour mon couple, mon enfant, mon foyer : je donne le meilleur de

moi, je m’investis à fond. Je me prive de ce que j’aime pour l’autre, je fais

passer son bien-être avant le mien. Je fais des projets pour nous, je

n’envisage rien sans l’autre… Pourquoi pas ! Mais que vais-je devenir

lorsque l’autre ne sera plus là ? Pour qui me donner entièrement ? Pour

qui vivre ? Pour qui me priver ? Après qui soupirer ? Avec qui rêver ?

 

● Pour prendre ma rev anche sur les traumatismes vécus : la vie m’en

a fait baver. J’ai été abandonné, maltraité, humilié, insulté. J’ai manqué

de tout, j’ai été privé d’affection. Je me suis juré que plus jamais je ne

vivrai cela et plus jamais je ne laisserai personne abusé de moi. Le monde

appartient aux dominants, où la raison du plus fort est toujours la

meilleure… Pourquoi pas ! Seulement, au risque de devenir autant ou pire

que mes « bourreaux », je pourrais très bien engendrer une nouvelle

génération de blessés et de frustrés, qui à leur tour reproduiront ce

schéma infernal. Quand cela prendra t-il fin ?

Nous pouvons trouver bien d’autres raisons de vivre. Au final, nous arrivons

toujours au même point, Et après ? Si nous en arrivons là c’est, à mon humble

avis, parce que nous ne nous posons pas les bonnes questions.

Avant de nous demander pourquoi sommes-nous sur terre, posons-nous d’abord

cette question : Qui suis-je ?

Qui suis-je ?

Image
Je m'appelle Isabelle MOUMIE.
Je suis Docteur en Pharmacie, Auteure et Oratrice chrétienne.
 

A travers ma profession, j’ai pu me rendre compte que bien souvent, les maux qui rongent les personnes vont bien au-delà de la douleur physique. Ils sont également la conséquence de douleurs émotionnelles et désordres spirituels qui habitent dans ces personnes.

Le problème est que dans la majorité des cas, ce sont les désordres spirituels et émotionnels qui finissent par affectés le physique. Et cela ne me satisfait pas de savoir que lorsque je délivre un traitement qui soulagera le corps de mon client, celui-ci ne traitera pas le mal intérieur qui l’a conduit (et le conduira encore) à souffrir. 

Ainsi, en plus des conseils pharmaceutiques, j’aime prendre le temps quand cela est possible d’encourager et d’exhorter les clients sous l’inspiration du Saint-Esprit. Quand c’est possible…Seulement voilà, c’est ce que j’aime faire tous les jours ! Tout le temps ! Conseiller, encourager, exhorter est ce que j’aime faire tout le temps ! 

Alors pour ne pas étouffer ce feu et ne plus être frustrée de ne pouvoir le faire que de temps en temps, j’ai décidé de créer mon blog www.lesnotesdisa.com, qui est comme son nom l’indique, un recueil de mes notes. Des pensées, des méditations, et des prières, inspirées de la Parole de Dieu, qui montent à mon cœur et que je partage dans le but d’encourager et de fortifier ceux et celles qui en ont besoin.

A travers ce blog, associé à ma page Facebook Les notes d'Isa par Isabelle Moumié, je peux partager des conseils, des encouragements, et des réflexions qui touchent plusieurs centaines de personnes.

 

Copyright © 2017 Les notes d'Isa
Create a free landing page —
Back to top