Mon rêve ou le rêve de Dieu pour ma vie ?

Qu’est ce que « Le rêve de Dieu pour ma vie »? D’où vient cette notion de « rêve de Dieu pour sa vie »?

En parcourant la Parole de Dieu, j’entends parler de desseins de Dieu (Romains 8: 28-29), de volonté de Dieu (Matthieu 10: 29-31), de l’appel de Dieu, du plan de Dieu (Éphésiens 1: 4-5; Éphésiens 2:10), le projet de Dieu (Jérémie 29:11; Jérémie 33:3). Mais rêve de Dieu…? 

Dieu rêve-t-il ? Je croyais pourtant qu’en tant qu’être omniscient, souverain et éternel, il connaissait la fin de toute chose avant même son commencement. Si Dieu rêve, qu’est ce qui en conditionne la réalisation ? Le rêve de Dieu peut-il ne pas se réaliser ?

Je me pose ces questions parce que je constate une fois de plus le nombre de choses que nous finissons par communément accepter et intégrer à notre pratique de la foi, sans même prendre la peine d’en sonder la crédibilité. 

L’Homme a dans son coeur des rêves et des désirs qui parfois viennent de Dieu, et parfois pas. Oui des rêves peuvent naître en nous par la volonté, la bienveillance et la puissance de Dieu. Mais de là à parler de « rêve de Dieu pour ma vie »?

À mon avis, bon nombre de chrétiens finissent par joyeusement s’accommoder de cette abstraite notion pour ne pas avoir à pleinement assumer leurs désirs et leurs rêves. Le chrétien qui veut par exemple devenir un grand homme d’affaires, ce qui n’est absolument pas une mauvaise chose bien au contraire, au lieu de dire « Je rêve de devenir un grand homme d’affaires » dira plutôt « le rêve de Dieu pour ma vie est que je devienne un grand homme d’affaires » .

Pourquoi ?

Certainement parce que ça sonne plus pieux. Et probablement parce qu’il plane toujours au dessus de nos têtes cette conception déstabilisante de volonté permissive contre volonté parfaite de Dieu. Alors le chrétien se retrouve pris dans un piège, incapable de se mouvoir tant qu’il n’a pas su identifier la volonté parfaite de Dieu pour sa vie au risque de la « rater », ou de « passer à côté du rêve parfait de Dieu pour sa vie » comme on dit. Il existe d’ailleurs des stratégies et clés pour aider les chrétiens à identifier le rêve de Dieu pour leurs vies s’ils veulent enfin « entrer dans leurs destinées ».

Non chers amis. Si nous avons réellement un cœur simple, nous n’avons pas à avoir honte de ce que nous désirons ou des rêves qui nous animent intérieurement. Nous pouvons au contraire les soumettre librement et humblement à la lumière de la Parole de Dieu, afin qu’ils soient enrichis, corrigés ou améliorés pour la Gloire de Dieu. Et le Saint-Esprit, par le don de la foi, nous aide à nous mettre en mouvement, avec assurance et la capacité d’en assumer les conséquences. 

Il ne s’agit pas du « rêve de Dieu pour ma vie » . Il s’agit d’un rêve que je consens ou pas à soumettre à la volonté de Dieu. Ou peut-être s’agit-il d’une façon de dire « le rêve qui vient de Dieu » ? Alors dans ce cas, disons-le ainsi tout simplement ! Pas besoin d’en faire une notion insensée. 

Affectueusement,

Isa.

Laisser un commentaire