Une bonne raison de souffrir ?

doute

J’ai rencontré une femme qui m’a confiée avoir choisi de souffrir pour le bien plutôt que de souffrir pour rien !

Elle était employée dans une très grande  entreprise pharmaceutique dans laquelle elle faisait du bon travail et gagnait bien sa vie.
Cependant, elle ne recevait de sa hiérarchie directe aucune reconnaissance pour le travail fourni. Pire encore, son supérieur s’attribuait le mérite de tout ce qu’elle réussissait, et l’accusait de tout ce qui allait de travers.
Quand l’occasion s’est présentée de bénéficier d’une promotion, son supérieur a vite fait de salir son image au sein de l’entreprise.

Elle s’est demandée: « Puis-je réellement continuer à travailler ainsi ? Est-ce pour cela que j’ai signé ? »

 

Notre Précieuse a donc décidé de démissionner. Elle s’est regardée et a compris qu’elle ne pouvait pas continuer de travailler pour gagner à la fin le stress, les nuits blanches, le climat délétère et la pression quotidienne.

Bien que les plus hauts placés de l’entreprise voulaient qu’elle reste, elle a préféré quitter ce milieu malsain dans lequel elle ne s’épanouissait que très peu finalement.
Elle s’est dite : « Si il faut travailler comme une malade, je préfère encore le faire à mon propre compte. »
Aujourd’hui elle a développé une entreprise qui prospère et qui lui permet de profiter de sa famille et de ses enfants.

Même dans les pires moments de nos vies, nous avons le pouvoir de choisir ce pour quoi nous acceptons de souffrir. Mais pour cela, il est important de savoir ce que nous désirons réellement.

As-tu déjà pris le temps d’y penser?

Affectueusement.

Isa.

Laisser un commentaire