Nos cœurs sont idolâtres

Dieu, le créateur du ciel et de la terre, celui qui est la source de tout ce qui vit et existe, est bien trop haut, profond, long et large pour être cerné par l’intelligence humaine.

De tout temps, les Hommes essayent de comprendre Dieu, comprendre qui il est. Ils cherchent à savoir à quoi il ressemble. Et c’est normal car, ayant été créés par Lui, la quête du divin, consciente ou pas, est bien présente dans nos cœurs. Seulement voilà, ne pouvant cerner ce qui semble être une notion abstraite, l’Homme finit par s’en faire une représentation, une forme répondant à l’image qu’il se fait du divin selon ses désirs et ses aspirations.

Ce sont des idoles.

Oui, nous avons tous cette facilité à nous former des idoles car c’est ainsi, il est plus simple de croire en ce qu’on voit, et d’espérer en quelque chose de « réel ». Ces idoles ne sont pas uniquement des statues et images devant lesquelles se prosternent les Hommes. Elles constituent tout ce qui, issu de l’imagination, du coeur et des mains de l’Homme, produit une adhésion et une dévotion totales de la part de ses semblables qui finissent par en faire un indispensable dans leurs vies.

Pour beaucoup de chrétiens contemporains, une autre forme d’idolâtrie consiste à ériger en icônes des serviteurs de Dieu. Allant de Moïse à l’apôtre Paul, en passant par des pasteurs célèbres qui pour certains sont carrément ériger en « dieux vivants », il est facile de constater ce que l’admiration et la dévotion à outrance sont capables d’amener les chrétiens à croire et à faire au nom de la foi, l’amour, l’honneur et surtout la peur.

Mais Dieu n’est pas ignorant de cela. Il connait le coeur de l’Homme qui est compliqué et versatile par dessus tout. Et dans sa grande bonté, Il nous a donné Jésus, de sorte que celui qui voit Jésus a vu le Dieu, celui qui croit en Jésus ait la vie avec le Père :

« Jésus reprend la parole et dit : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité, le Fils ne peut décider lui-même ce qu’il doit faire. Il voit ce que le Père fait et il fait seulement cela. Ce que le Père fait, le Fils le fait aussi. Le Père aime le Fils et il lui montre tout ce qu’il fait. Il lui montrera des actions encore plus grandes, et vous serez très étonnés. En effet, le Père réveille les morts et il leur donne la vie. De la même façon, le Fils donne la vie à qui il veut. Et le Père ne juge personne, mais il a donné au Fils tout le pouvoir pour juger. Ainsi, tous respecteront le Fils, comme tous respectent le Père. Le Père a envoyé le Fils. Si quelqu’un ne respecte pas le Fils, il ne respecte pas non plus le Père.  « Oui, je vous le dis, c’est la vérité, si quelqu’un écoute mes paroles et croit au Père qui m’a envoyé, il vit avec Dieu pour toujours. Il n’est pas condamné, mais il est passé de la mort à la vie.  »

Jean 5:19-24 PDV

Nous entendons et mettons le mot « Dieu » à toutes les sauces aujourd’hui. Dieu a fait ci, Dieu a fait ça, il a dit ceci et il a dit cela. Le problème est qu’il y a tellement de choses que nous mettons dans ce mot « Dieu » ! D’ailleurs, chaque religion croit en un dieu et le cite en disant « Dieu dit… ». Il en est de même parmi les « chrétiens ».

On entend Dieu dit, Dieu fait, dans un peu tout et n’importe quoi. Nous nous formons des idoles contemporaines auxquelles nous attribuons les mérites qui ne reviennent qu’à Dieu. Nous plaçons notre foi dans des formules, des rites et dans des personnes vivantes ou mortes, pour ensuite dire « Gloire à Dieu ! » Et il suffit de dire « Pour la Gloire de Dieu » afin d’adhérer à tout ce qui semble pieux.

La seule assurance que nous avons  individuellement de demeurer dans les voies de Dieu, le Véritable, est celle de vivre, marcher et agir selon Jésus-Christ. Et cette seule assurance est parfaite.

Même les « grands » hommes de Dieu dont les vies sont racontées dans la Bible et que nous aimons citer en exemples ne se prenaient pas pour plus importants qu’ils ne l’étaient en réalité. Car marcher avec le Seigneur leur a fait connaître un état de brisement qui les a finalement préservé de toute envie de s’élever en un quelconque modèle. Des serviteurs ordinaires, voilà comment ils se définissaient.

Oui, le coeur de l’Homme est naturellement idolâtre. C’est ainsi, nous n’y pouvons rien. À nous de veiller sur ce en quoi nous plaçons notre foi et notre espérance. Est-ce dans des hommes, des méthodes, ou est-ce en Dieu ? Celui-là même qui par la bouche de Jésus nous a dit que les véritables adorateurs sont ceux qui l’adorent en Esprit et en vérité. (Jean 4 : 23-24) 

Affectueusement,

Isa.

Je t’invite à te procurer mon livre « Vous serez réellement libres. » à l’intérieur duquel j’aborde, entre autres sujets, le lien qui existe entre la liberté et la responsabilité du chrétien.

Commentaires

  1. prospère

    oh, ca alors. j’aime beaucoup plus la revelation que vous avez mise dans le rapport entre l’idolatrie de l’homme et le fait que Dieu le sachant nous a fait un corps vivant et palpable de sorte que voulant toujours croire a ce que nous avons vu, croyons en Christ que nous avons vu et contemple sa nature, son amour avec joie.

    Répondre

Laisser un commentaire